31.12.10

Looked at my kingdom I was finally there, to sit on my throne as the prince of Bel-Air

    Ca me fait un peu mal au cœur d’annoncer ça, de but en blanc, et je sais bien que l’Australian Health & Ageing Department n’approuverait pas (petite parenthèse, ils conseillent tout de même de passer un seul, voire deux jours par semaine sans alcool. Relax les types), mais ce sevrage avant la grosse beuverie du Nouvel An commence sérieusement à me démoraliser. J’étais donc en train de me demander ce qui serait préférable entre m’ouvrir les veines avec un décapsuleur ou entamer un strip-tease du feu de Dieu sur le bar telle une vraie Coyote Girl, quand soudain, au beau milieu de l’ennui, de la partie de billard en cours et des deux trois bières à servir toutes les 10 minutes environ, surgit à la TV le visage rieur mais surtout, adolescent, de Will Smith. Ainsi que ce générique vraiment chan-mé, avec ses caractères verts fluos, son rap et ses tags old school.

     Mater des vieux épisodes du Prince de Bel-Air n’a pas son pareil pour transformer ce qui n’aurait dû rester qu’une journée mortellement banale en une journée qui me donne furieusement envie de porter un sweat à capuche, un baggy et du vernis fluo en écoutant du hip-hop. Autrement dit, en une journée carrément plus funky.

     Et même le juke-box qui vient d’être mis en route n’arrive pas à gâcher mon plaisir.



2 commentaires: