23.2.11

Food. Alcohol. Sex. Art.

    J’ai profité du vodka Sunday (1) et de mon retour à cette fameuse civilisation pour approfondir mes recherches. Cette notion d’ « identité française » me paraissait toujours aussi obscure, navigant entre divagations romanesques à la Amélie Poulain et anti-frenchisme post-guerre d’Irak. Mais le vodka Sunday a subitement remis les choses en place. L'Australien a l’air de bien maîtriser le sujet et malgré sa rudesse et le verbe aussi vulgaire qu’un certain Buk, cet homme est un fin lettré.

« Tu crois vraiment que les Français sont rudes et arrogants ? 
- Absolument ! Mais tu veux savoir un truc ? Il y a quatre choses importantes dans la vie. La nourriture. L’alcool. Le sexe. L’art. Et la France a la meilleure gastronomie, fait les meilleurs vins, a les meilleurs amants et les meilleurs artistes. Donc oui, les Français sont arrogants mais ils ont toutes les raisons de l’être. »

    Il est vrai que j’ai souvent pardonné l’arrogance chez les gens pour peu qu’elle puisse être justifiée. Alors certes, tout est relatif, j’aurais des tonnes de contre-exemples, mais à cet instant, j’ai senti une once de patriotisme m’envahir et chauffer mon sang de Frenchie. L’esprit français a beau être con parfois, savoir que par-delà les mers, certains imaginent une telle France, ben c’est classe. Et ça donne très envie de l’honorer, cette réputation.


   Ah et puis petite note à l’intention de mes chers compatriotes. A partir de ce constat simple et indiscutable qu’est le « Food. Alcohol. Sex. Art. », j’ai poussé encore un peu plus loin la réflexion. Ne remettant pas en cause les talents de la France en matière de sexe, de gastronomie ou de viticulture, j’ai fait mention de l’état de la vie artistique.


« La France en ce moment est trop conservatrice. La littérature est terriblement consensuelle et manque de prise de risque, d’engagement, de… rock’n’roll. L'esprit parisien est insupportable. Quant au cinéma…
- Il faut laisser les jeunes et la nouvelle génération prendre le relais et changer tout ça. »

    Je ne me souviens plus de la suite de la conversation, trop amochée par la boisson et très satisfaite de rencontrer quelqu’un partageant les mêmes principes de vie que moi. Après tout, la suite de cette conversation, on s’en fout, tout ce qu’il est nécessaire de retenir c’est qu’un Australien a réussi à dépeindre en quelques mots l’un des nombreux enjeux de la « nouvelle génération » française.

(1) : quand on a ramené Les Australiens chez eux, dans la banlieue est de Melbourne, je ne me doutais pas que j’allais être embarquée dans leur délire de vodka Sunday. C’est très basique, ça consiste juste à boire de la vodka tout l’après-midi chaque dimanche. Il faisait beau pour une fois, vraiment très beau et la vodka with lemon and lime (ne manquait plus que le bitter), ça déboîte et c’est bien meilleur que la vodka à la pomme.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire