4.2.11

Oh LaLa!

Bordel à queue, s’il y a bien quelque chose qui m’amuse terriblement à l’étranger, et surtout quand on voyage dans un autre continent et surtout hors des endroits peuplés de touristes, c’est la conception de l’ « identité française » (merci Brice). Un peu comme nous Français qui n’avons de cesse d’assener des « les Américains sont tous des cons » ou bien « les Québécois sont tous gentils » (n’en déplaise à mes confrères québécois… mais… peut-on m’expliquer d’où vient ce foutu lien de cause à effet qui incite les gens à croire que Québec = Bisounoursland ?) ou encore « les Japonaises sont toutes des soumises gaulées comme les modèles d’Araki ». Et j’en passe.

La France est devenue légèrement (légèrement ?) rigide sur l’idée de pureté de la race depuis quelques temps et on a vu de si nombreux débats à ce sujet que je n’ai absolument aucune idée de ce que veut dire « être française ». J’ai donc décidé de me lancer dans une chasse aux clichés que la France peut véhiculer à l’étranger, et de comprendre ce que signifie ici, être français, enfin « française » car croyez-moi (et je pense que quiconque dans cette situation pourra en témoigner), « it’s a big deal ».
Voyez-vous, je voyage en ce moment avec une Allemande, et entre l’Allemagne et la France considérés comme simples concepts, y’a pas photo, la France arrive les doigts dans le nez en première position. Peu importe les petits défauts, les yeux cernés ou que sais-je, annoncez en tout désinvolture un « je suis française » à la traditionnelle question « d’où viens-tu » et la moitié du bar est à vos pieds (bon, faut pas être trop laide non plus, je suis pas sûre que même en étant française, une Susan Boyle se fasse plus tringler). Mentez un peu en disant que vous êtes parisienne et que vous voyez la Tour Eiffel depuis votre chambre et on vous demande en mariage.

Mes amis iranien et pakistanais ne s’en sont d’ailleurs toujours pas remis, étant pour ce dernier la toute première française dont il croisait la route.
Tout a commencé avec la liqueur de Chambord, une liqueur importée de France (dont je n’avais jamais soupçonné l’existence avant de débarquer ici), aux arômes de framboise noire, douce et épaisse. Mick aime la boire avec du Bailey’s dans un petit verre à shot et il a offert de nombreux verres à tout le bar ce soir-là. 54, précisément. La bouteille de Chambord qui pue la fleur de lys et le Louvre ne manque évidemment pas de rappeler à tout un chacun le lourd passé monarchique de la France…. Pour mes amis venants de lointaines contrés cependant, c’est luxe, c’est classe, c’est français. Ils en viendraient presque à omettre l’existence de la Révolution.
          « Cet alcool me rappelle tout ce que je déteste de la France. 
         - Enfin ne dis pas ça, m’a-t-il sorti, tu es une princesse, c’est certain. Tu ressembles à une princesse, le visage, l’allure…
            - ………
            - Oui, tu es une princesse française en Australie. »

  
          Ca partait probablement d’un bon sentiment et ça n’avait évidemment pas grand chose  à voir avec ce qui suit, mais sur le moment, dans un fol élan socialisto-républicano-n’importe quoi, j’ai eu une putain d’envie de lui balancer dans sa face la lettre aux Républicains de Sade.
(Vous savez, l’ « encart » de 50 pages au beau milieu d’une des nombreuses partouzes de La Philosophie dans le Boudoir ? Oui, voilà, je suis sûre que vous voyez…)

2 commentaires:

  1. moi j'ai seulement lue les passage sur les partouze... mais n'oublions pas, et je m'en rappelle tellement bien d'une discutions avec un ami américain sur le fait, que a l'étranger on pouvais tout ce permettre, les gens dirons :" de toute façon il est français, de toute façon il est américain" ce qui m'a permis de pisser sur un des piliers en marbre a coté d'un musé sans que ca ne choque personne...
    et pour susan boyle je n'ai qu'une chose a dire: http://www.youtube.com/watch?v=vdBPk5rb3ac

    RépondreSupprimer
  2. http://www.youtube.com/watch?v=l6F2HU4JAIU&feature=related

    RépondreSupprimer