12.4.11

Comment j’ai raté l’ascension du Mont Wellington

il faut que j’enlève tout ce sang mes pieds glissent attention aux cailloux j’aime ce temps, il est agréable de se promener humide et frais juste ce qu’il faut la végétation est dense on dirait de la moquette par terre ici la route n’en finit plus ça monte encore pourquoi j’ai décidé de faire ça c’est pas si dur en théorie remarque même en pratique c’est pas dur c’est juste moi qui suis trop paresseuse j’ai envie de redescendre putain ces panneaux ça m’énerve c’est trop tentant de redescendre allez courage encore un peu ce soir tu dormiras bien ne laisse pas tomber, je me rappelle ce que disais Luke l’Australien il y a quelque semaines « les Français laissent toujours tout tomber ! » je me demande si ça se vérifie mais si je laisse tomber pour une connerie pareille un défi aussi simple je ne suis bien qu’une merde ça glisse encore mais c’est où ces « Springs » d’ailleurs c’est quoi ils arrêtent pas d’indiquer la direction mais aucune indication de distance de temps rien si ça se trouve c’est à deux heures de marche encore j’aimerais voir le panorama d’ici mais c’est quoi ces eucalyptus qui me cachent la vue je suis bête j’aurais dû me lever plus tôt et faire carrément toute l’ascension je vais pas avoir le temps le dernier bus est dans deux heures, j’ai envie de me peindre les ongles en noir le soleil est magnifique aujourd’hui j’ai du bol pas un nuage putain la vue en haut doit être parfaite j’ai vraiment le souffle court comment ça se fait je suis pourtant pas en mauvaise forme entrainement oui il me faut de l’entrainement un pied après l’autre tranquillement les Converse sont décidément pas faites pour la marche, il me semblait qu’il fallait se concentrer sur le moment présent pourquoi j’y arrive pas pourquoi je pense à toutes ces conneries je peux pas juste apprécier le soleil qui perce parmi les arbres et l’air délicieux de la forêt non il faut que je pense à mon appareil photo cassé à mon doigt en sang et ces autres conneries.

C’est relaxant les promenades en montagne n’est-ce pas ?

(Deux semaines plus tard, de retour à Hobart, j’ai raconté l’essai de mon ascension du Mont Wellington à ma jolie colloc’ de chambrée et elle m’a répondu « Mais t’es allé uniquement jusqu’aux Springs ? C’est la partie la plus ENNUYEUSE du trajet ! ». Inutile de préciser qu'elle a bien insisté sur ces derniers mots...)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire