4.4.11

Du Garlic Bread un 13 février

   Je suis passionnément amoureuse du Garlic Bread (oui je sais bien, je dis ça à chaque fois mais un jour on m’a parlé du poly-amour alors j’ai envie de dire, allez vous faire voir). Surtout celui de chez Cole’s. Le premier prix, directement enveloppé dans du papier alu (très pratique pour les barbec’ en plein air). Le Garlic Bread est français apparemment, ou alors italien... Peu importe, cette petite baguette au beurre, à l'ail et aux herbes que l'on fait cuire au four fait toujours son petit effet pour l'apéro (je tente d'importer ce concept en Australie). C'est simple, bon, pas cher. Même que sur le blog de Cole's, un test a été organisé pour déterminer le Meilleur Garlic Bread. J'ai voté. 

   Pendant la cuisson de la tarte au citron, Tripsurfeuse et moi avons supposé que boire un petit verre de vin blanc (le Chardonnay de Stanley’s, un goon à $12, bien meilleur que bien des vins en bouteille soit dit en passant) avec du Garlic Bread était indispensable pour nous aider à patienter et à digérer notre épuisante journée glande à Woolamai Beach.
Avant tout, n’oublions pas que mon surnom ressemble à quelque chose comme « championne » et que j’étais en charge du Garlic Bread (mes amis ont le sens du risque. Ou alors ils sont inconscients).

   Quinze minutes plus tard, j’ai ouvert la porte du four. Y plongeant la tête la première, je reçois toute la fumée en pleine face. Les yeux brûlants, aveuglée pendant quelques secondes, durant lesquelles je tente de sortir la plaque, brûlante elle aussi, munie d’un torchon mouillé (il n’y en avait plus aucun de sec, voilà pour ma défense). Tripsurfeuse, quelque peu inquiète et n’ayant probablement pas envie d’expliquer à ma famille la tragique aventure qui m’aurait coûté la vie, me sort : « Attends, je vais le faire, tu vas te brûler » (enfin une remarque censée). Ereintée par ce dur labeur et soulagée d’y avoir survécu, (mais certainement pas au bout de mes surprises, on ne s’appelle pas « championne » pour rien), à peine une seconde après avoir rendu mon tablier, je commence à me vider de mon sang. Par le nez. Cette affaire a dû bien durer cinq bonnes minutes, ma tête au dessus de l’évier, hilare et aussi rouge qu’un Australien au soleil, sous le regard inquiet de Tripsurfeuse.

   Le Garlic Bread était bon, évidemment, mais deux ou trois minutes de plus au four ne lui auraient pas nui. 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire