2.4.11

J'ai vu le chat du Cheshire

il avait un bonnet et une cigarette aux lèvres. J'avais un sac de couchage et la Voie Lactée au-dessus de mes épaules. Il est apparu et disparu pendant que mes mains crépitaient. Il parle anglais (évidemment, il vient du fuckin' Cheshire!). On se croirait dans un studio de cinéma et ma bouche a dû se ramasser par terre, car j'ai un goût, non pas un goût, mais un sentiment de terre. Quelque chose comme ça. 

It came from outer space and it's psychedelic! 

Le chat du Cheshire joue maintenant avec sa braguette et il baise baby Jesus dans son linceul.

La Milky Way est partie. On dirait du velours maintenant et quelque chose me grimpe au cou. J'ai l'impression d'avoir une intelligence hypersonique et un son en stéréo une vue en 360° le tout en HD bordel! 

A quoi bon résonner sérieusement quand on sait que ça sert à rien. A-t-on d'ailleurs déjà affirmé que ça fonctionnait?

Lucidité extra-sensorielle. Je me couvre de l'habit de Superman et te déshabille avec mon regard au laser. Ce serait bon mais c'est si triste quand le trip se finit. 

L'exorciste tente de m'avoir. Mais je lui tiendrai tête et lui dirai désolée. J'aurais pourtant juré que c'était baby Jesus et le pain de mie me déconcerte. Si seulement il pouvait arrêter de changer de visage sans arrêt. 

Merde, les bois la nuit c'était autrement plus trippant. Et ça sonne comme du Wolf Creek réchauffé à la sauce tomate Campbell's à $1 mais. C'est vrai. 


              I wanna explore something. Don't get lost.







Une nuit de camping à Minne HaHa Falls, dans les collines du Victoria... Nous sommes bien, on installe notre campement de hippies (oui JE SAIS), prenons possession des canapés défoncés laissés par des voyageurs, démarrons le barbecue et le lendemain matin, après un toast au bacon et aux œufs, on prend une douche sous les chutes d'eau pour se réveiller... 
La nuit laisse encore quelques traces... 




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire