12.4.11

Pensées d'un vendredi soir

La cuisine du Central City Backpacker est bondée ce soir. Des groupes s’attablent, quelques personnes en solo observent les alentours. 70% d’Asiatiques et 15% de Français. Le reste n’a pas d’importance. Comparé aux immenses buffets que se cuisinent mes amis asiat’ tous les soirs, mon sophistiqué poulet à l’abricot instantané sur un lit de riz fait pale figure. 
. . . . . . . .

On est vendredi soir et j’ai envie de me foutre au pieu, tranquille. Humeur solitaire.
. . . . . . . .

Une petite dame, début de la soixantaine on dirait, avec un sweat d’un vilain gris-vert trois fois trop grand pour elle, d’immenses rations de lait en poudre et un petit pot de Vegemite dans son sac à dos jaune et vert vifs et les cheveux courts en bataille. 
  . . . . . . . .

« You deserve a Carlton Draught » me dit ma canette. (oui je crois que oui, c’est ce qu’on appelle de la vraie sagesse.) 
. . . . . . . .

Je me demande ce qu’elle peut bien faire ici, toute seule, la petite dame. Peut-être est-elle à l’affut de quelques gentils asiat’ à manger au court-bouillon… On ne peut jamais être sûr de rien avec les vieux…
. . . . . . . .

Cet Allemand a l’allure du môme des paquets Kinder. AHAHA ! Je t’ai reconnu ! Il ramène tous les soirs la carafe d’eau pleine qu’il pose à côté des radis et de la vinaigrette (pourrait-il me filer des paquets de Kinder Country…).
. . . . . . . .

Quand je m’assois, mon ventre fait trois bourrelets et ces putains d’Hollandaises, de Suédoises, bref le Nord quoi, font toutes 1m75 et 55 kgs. Connasses. 
. . . . . . . .

De toutes façons, « CC, t’as une tête à avoir fumé un gros joint » m’a dit Le Frenchie. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire