6.4.11

J'ai l'impression d'avoir le corps fait de ces lollies qui crépitent

    En Tasmanie, il pleut et il fait froid. Des kilomètres et des kilomètres de parcs nationaux et de randonnées. Les hippies qui se réfugient dans la nature. Une version « miniature » de la Nouvelle-Zélande. Telle était la Tasmanie dépeinte dans mon imaginaire.

    Après pratiquement un mois passé à Phillip Island, entre motos, pubs & manchots, mon corps a commencé à vibrer à l’appel du large et je réserve illico mon vol pour Hobart, quatre jours plus tard. Le plan : deux ou trois semaines de voyage, suivant l’inspiration, à camper aux abords des parcs nationaux, faire quelques randonnées (mais pas trop dures) et me la jouer nature & découvertes. Sorte de réadaptation à la vie un peu « sauvage » (oui bon, n'exagérons pas trop), au fond du bush, avec pour seuls amis wombats et saletés d'oppossums, après le luxe et le confort dans lequel j’ai baigné durant ce petit mois de vacances.

    Ces quelques semaines en solo promettent d’être riches en monologues intérieurs et en dédoublements de personnalité. (comme si j’étais pas assez difficile à gérer comme ça.)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire