28.9.11

the world keeps turning

    Probablement le savez-vous déjà mais l'Australie, c'est grand. C'est vaste même. 7 686 850 de km2 (Wikipediabless your heart). Tellement vaste que ça en est parfois même décourageant (« aller à Adélaïde? Ouaaah la flemme quoi » - à ce titre, juste une parenthèse, quand on habite Collingwood, c'est plutôt « Aller à St Kilda? Ouaaah la flemme quoi » Pathétique je sais.).  Bref. En Australie en serrant bien, on y rentrerai 14 fois la France. 
Par ailleurs, le truc qui m'a toujours fait halluciner, c'est que la population australienne (un peu plus de 22 millions d'habitants) est trois fois inférieure à celle de la France. Comparer la densité de population est en soi un exercice fort amusant (2,8 hab/km2 contre 116 hab/km2, c'est comme la foire au jambon, « qui dit mieux ? ») et l'on y apprend que l'Australie est probablement le meilleur endroit sur terre pour enterrer des cadavres, le risque qu'il soit découvert est ridiculement faible (évitez juste les régions des mines, on sait jamais, des fois que le cadavre ait des dents en or, ça risquerait de se sentir au détecteur de métaux - après on sait tous que pour les cadavres, le mieux dans l'idéal, c'est de les donner à manger aux cochons). 

    Sinon, comparé à l'Europe, ça donne quelque chose dans le genre :


(c'est pas mal fait non?)
    y'a un truc intéressant, c'est que les Australiens n'ont pas vraiment la même notion de distance que nous, Européens. Vous me direz, c'est pas comme s'ils avaient le choix. Ce qui fait que la plupart des gens habitant l'outback n'ont pas franchement l'occasion de voir autre que du sable, des routes sans fin, des kangourous morts écrasés sur le bas-côté et des arbres s'ils ont de la chance.  Tout comme se taper 10h de route dans le week-end de Melbourne à Beechworth, par exemple, pour aller dîner chez papi et mamie ça les dérange pas trop. Et les road trips ici c'est plutôt « eh si on se faisait Melbourne-Darwin par Alice Springs (soit plus de 4000 km aller) et puis on rentre dans un mois oké » que nos Bordeaux-Perpignan (du pipi de chat). Arrivée en Australie, j'ai vite appris à raisonner à leur manière, sinon ben on fait pas grand-chose. On peut même acheter des pass de bus qui vont jusqu'à 25 000 km, valides un an.

   A ce propos, je me souviens d'une conversation quand j'étais du côté de Mitchell concernant ces fameuses distances et je me souviens très bien avoir sorti ce qui, pour l'Australien typique, est l'occasion rêvée pour un bon foutage de gueule : « ouééé mais (je commence toujours mes phrases comme ça) je vois pas trop trop ma famille tu vois car ils habitent loin. » 
Mon interlocuteur, visiblement plus intelligent que moi (ce qui en soi est un exploit dans ces environs. Ou non.) voyant exactement où je voulais en venir, de judicieusement ajouter avec le sourire en coin de celui qui s'apprête à se marrer mais attend encore un peu, attend le moment idéal : « ah bon ? Loin ? », 
et moi de m'enfoncer encore un peu plus (à croire que je le faisais exprès) : « ouééé  Nantes c'est à peu près à 400km de Bordeaux, genre 3/4h de route quoi. Et la région parisienne, c'est plus loin, c'est genre 6h de route (j'évite de mentionner la Bretagne, car là on quitte le territoire français). »  
UHUH. C'est loin
(enfin après c'est qui qui se tape 12h de bus de nuit aller pour rejoindre sa dulcinée à Sydney hein. Allez va t'es excusée.)


     Bref. Tout ça pour dire que l'avion c'est pas mal aussi. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire