10.10.11

J'ai décidé un truc,

cette semaine, je vais mettre en ligne quelques photos d'oeuvres d'art aborigène et australien contemporain. Du moins, celles qui m'ont tapées dans l'oeil à l'Art Gallery of New South Wales, une institution en Australie. Parce qu'avant, ben j'avais pas d'appareil et depuis, ben, je ne suis pas retournée au musée à part pour une expo sur Vienne 1900 à la National Gallery of Victoria. Voilà.

    En grande majorité, les musées m'ont déçue ici, les collections d'art européen envahissent les galeries et ne présentent que trop peu d'intérêt (faut dire qu'il est difficile de rivaliser avec la National Gallery de Londres ou le Louvre par exemple) tandis que l'art australien mais surtout aborigène est relégué aux sous-sols. 
De l'art aborigène, je ne connaissais que les peintures traditionnelles, aux motifs et couleurs inspirés des paysages désertiques et tropicaux, de la culture des ancêtres, de la beauté sauvage de la nature australienne. Je n'avais pas vraiment connaissance de ce qui se faisait en matière d'installation et d'oeuvres un peu plus conceptuelles (même si l'art aborigène est en général plus abstrait que figuratif) et la galerie située à la lisière des Royal Botanical Gardens de Sydney a été une bien belle surprise.

    Il est parfois difficile de saisir toute la portée de cet art si l'on ne s'intéresse pas un tant soi peu à la culture aborigène. Pour nous étrangers, expatriés, touristes, nous ne risquons d'en percevoir de prime abord qu'une version biaisée, contrôlée par les instances politiques, les offices de tourisme, suivant ce qu'ils décident ou non de partager. Néanmoins, en s'approchant un peu plus près, en s'aventurant de « l'autre côté », on découvre un autre visage de l'Australie, plus sombre, plus complexe et fascinant. 
La terre découverte par les marins hollandais du XVIIe siècle dévoile une myriade de cultures appartenant aux peuples aborigènes, centrées autour du concept de Temps du Rêve, en étroite connexion avec la nature et les éléments mais marquées par les drames qu'ont causé, et cause toujours, l'invasion de l'Australie par les « Blancs ».

    Aujourd'hui c'est une oeuvre de l'artiste Vernon Ah Kee, membre des Kuku Yalandji, Waanji, Yidindji et Gugu Yimithirr et ça s'appelle becauseitisbitter. L'art de Vernon Ah Kee est clairement politique, il n'est pas franchement tendre et balance en pleine tronche tous les trucs dont personne ne veut entendre, les problèmes de racisme, de pauvreté, occultés par une grande majorité des touristes bien plus séduits par une image aseptisée et idéalisée de la culture aborigène (vous savez le délire « ah mais moi j'aime me mêler aux cultures traditionnelles, je suis très ouvert, regardez même que j'ai acheté un didjeridoo à cet artiste local », pourvu que ça ne soit pas trop dérangeant et qu'on en reste à un échange consensuel et contrôlé... on est tous un peu comme ça parfois...
Ah puis sinon y'a cet article aussi. 



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire