23.10.11

J’ai passé quatre jours à Beechworth

chez la mère de l’Aussie Bro’. A l’aller, ma copine Tripsurfeuse et moi avons passé des heures, toutes les deux dans la voiture, à évoquer les bars de Bordeaux, les quartiers qu’on aimait et à échanger nos considérations sur l’Australie. Nous avons également réussi, non sans peine, à regarder la finale de l’AFL, Collingwood vs Geelong, le lendemain, lors du tout premier anniversaire d’une jolie blondinette. Geelong a gagné et j’ai appris qu’il valait mieux se taire si l’on supportait Collingwood.


Tous les temps possibles et imaginables se sont succédés devant nos yeux en une seule journée, j’ai passé le début de soirée au Commercial Hotel, le magnifique pub emblématique du village puis fini à l’Empire, mix étrange entre country pub et bar à DJ. J’ai dormi pour la première fois avec une couverture électrique. Le fantôme de Ned Kelly, illustre criminel du 19e, plane sur toute la ville et on peut acheter du très bon miel au Beechworth Honey Experience. Le magasin de bonbon ressemble à ce qui pourrait être l’usine d’un Willy Wonka des années 1850 et l’atmosphère régnant dans la ville m’a donné l’impression d’avoir fait un saut dans le passé.



J’ai appris que l’argot mais plus généralement l’anglais australien puisait ses sources de l’anglais cockney et des langages aborigènes. En compagnie de L’Aussie Bro’, de Tripsurfeuse et de tasses de chocolat chaud, j’ai maté un film australien avec Heath Ledger et Rose Byrne quand ils avaient encore des gueules d’ados puis je leur ai souhaité bon voyage. Le village regorge d’épiceries fines, de vignobles et de micro-brasseries. Comme si la bonne bouffe, la bouffe façon grand-mère, à l’ancienne, faite de produits locaux et artisanaux, de cuisines qui embaument, était célébrée et révérée.
Beechworth ne semble pas avoir trop changé depuis le 19e et l’histoire, de la plus consensuelle à la plus scandaleuse (tout le monde aime les histoires de meurtre), est omniprésente, entre ghost tours, souvenirs de la prospère période des mines d’or, de la présence des bush rangers et des anciennes tribus aborigènes sur le chemin des gorges. On s’attendrait presque à voir des chevaux dans les rues et à voir débarquer le gang Ned Kelly armés jusqu’au dents.
       
Ouais Beechworth c’est l’endroit idéal pour passer sa retraite.
Tout ça c’était beau et bien chouette, mais rien n’a valu le coucher de soleil après la pluie depuis la terrasse des Australiens. 
     
     

2 commentaires:

  1. Ah l'Australie, quel pays magnifique, quel paradis sans limites. Tout le monde pense à l'Autralie comme le pays des surfers, mais on oublie facilement ses nombreuses autres facettes, ses déserts, ses paysages féeriques, ses steppes, ses villes somptueuses, et sa culture bien sûr. C'est vraiment magnifique de découvrir une culture qui diffère totalement de la sienne, de découvrir son histoires les choses les plus marquantes d'un peuple, comme son dialecte ou son art (ne serait-ce qu'un film Australien avec Heath-Ledger adolescent :-) Un pays si vaste et si riche et nature et en culture ne peut qu'enrichir la personne et agrandir encore la soif de découverte. Un pays plus que fascinant.

    RépondreSupprimer
  2. Ah oui je suis bien d'accord. Beaucoup pensent que l'Australie est très européenne, mais... il y a tellement de différentes facettes. J'ai hâte d'y retourner et d'approfondir...
    Merci beaucoup pour le commentaire. Ton blog est vraiment chouette. A bientôt

    RépondreSupprimer