12.11.11

Jour 1 - Comment on ne s'est pas rendues au temple

Nakhon Si Thammarat est l’une des plus anciennes villes du royaume de Siam (oh comme ça fait classe dis comme ça), le Lonely Planet y consacre une page à peine, c’est sur la côte est du Golfe et y’a plein de temples, dont le plus grand de la Thaïlande du Sud, le Wat Phra Mahathat Woramaha Wihan (à vos souhaits). C’est tout ce qu’on savait avant de s’y rendre après trois jours de glande à Koh Lanta.

Quand on arrive après trois heures de bus, on se pose dans un hôtel déniché au hasard. Le Muang Tang Hotel. Un bâtiment un peu austère, me faisant penser à une architecture descendant de la Chine communiste des années 80. J’imagine une flopée de diplomates et ambassadeurs sortant de l’hôtel avec leurs chauffeurs. Sauf que je vois pas trop ce qu’ils pourraient bien y faire dans cette ville.

On s’est dit qu’on le trouverait bien ce fameux temple sur Ratchadamnoen Rd. Sauf que ce qu’on avait pas prévu c’est que les noms de rues, ben ils sont indiqués de façon très aléatoire. Et tout est en thaïlandais. Et personne ne parle anglais. Personne. Donc on marche, un peu au hasard, on se perd évidemment mais on s’en fout un peu, c’est pas comme si on était pressées puis on trouve refuge dans le petit marché couvert d’un temple, peut-être sur Yommarat Rd, peut-être pas. On s’assoit prendre un café au milieu des regards curieux et ce que je prends pour des hippocampes dans une petite vitrine sur un étalage (des hippocampes… non mais…) s’avèrent être en fait des têtes de coqs. Juste les têtes. Et le cou. Je regarde d’un autre œil ces pauvres poulets gambadant tout autour de nous, ne réalisant pas encore le triste sort que leur réserve cette autoritaire dame à lunettes et tablier à carreaux qui nous sert à boire.

Le café, même pour 10 petits THB, est bon. Fort et bon. Ici il est mélangé à du lait concentré en poudre un peu sucré. Bien meilleur que la plupart des cafés à $3,50 (110 THB environ…) de Smith St soit dit en passant…

Un moine aux pieds nus passe à côté de nous et je me demande de quelle façon on salue un moine. Un type qui ressemble à un contrôleur des impôts avec sa chemisette blanche aux fines rayures bleues et rouges rejoint un groupe de messieurs posté un peu plus loin, occupés à observer à la loupe montres et bijoux et à parler d’argent, probablement. Quand on veut payer, on demande en bon (enfin pas trop mal) thaï combien l'on doit et on entend répliquer par tout le groupe de gars assis à côté "twenti bah' twenti bah'!"

On a pas trouvé le temple mais on a marché. On a croisé des dizaines de militaires entassés à l’arrière des camions, certain debout sur le marche-pied (ils n’ont pas trop la même conception de la sécurité routière ici), des pompiers et des écoliers en uniforme bleu.

On a découvert que Nakhon Si Thammarat possède le plus grand nombre de cinéma au mètre carré. Y’a même un Carrefour à l’angle de Siphrat et Chompho Rd mais je l’ai malheureusement pas trouvé (grosse déception).






Quand on s’arrête pour une pause dîner bien méritée au marché, on savait pas trop quoi commander du coup on a juste dit « ça » en montrant le wok. Des nouilles sautées au poulet avec des légumes auxquelles on rajoute sauce poisson, sauce piquante et sucre. Et ça déchire.


A l’hôtel, on s’affale sur le lit devant des rediff’ de Law & Order avec notre plateau télé constitué d’eau plate, d’une belle mangue et d’un demi-kilo de dragon eye, le tout pour 70THB.

Je ne sais pas si c’est l’ambiance CSI qui influence mes impressions mais je constate, sous la lumière blafarde des néons, que les murs sont en vieux carrelage blanchâtre, couvert de « giclées » orangées. Alors soit quelqu’un a été assassiné ici et on a oublié de nettoyer (c’est un peu négligeant) soit quelqu’un s’est fait plaisir et ça, je veux pas savoir.


Le ventilateur gronde et en ouvrant un dragon eye devant le visage de Jeff Goldblum, j’ai la sensation de me trouver dans un hôtel de passe bien glauque. Et ça me plaît.
On s’est endormies à une heure foutrement décente et on a décidé de rester un jour de plus pour le visiter, ce putain de temple.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire