31.12.11

I'm a better guy

   Mais pourquoi
   pourquoi putain
   les Américains ils parlent toujours aussi fort?


Bière pression à $1. Sur un poster accroché au mur du dortoir. Au Cambodge, les bières sont toutes à $1. Oh comme j'aime ces inscriptions. Presque autant que les happy hours du Bebida de Smith St à Melbourne (bière à $2 et pinard à $3 plus des burgers de malade, bien que chers). 
Et ça je croyais pas que c'était possible.

Sihanoukville et les filles. L'avantage d'être dans les zones très très touristiques, c'est que quand la superbe Cambodgienne qu'on reluquait depuis le début de soirée vous agrippe et vous roule des pelles devant tout le monde (je me suis pas spécialement débattue, vous pensez bien), ça n'est pas franchement offensif (je me permettrai pas de faire ça ailleurs par contre). En revanche, après avoir passé la soirée à danser sur de la musique dance de merde avec cette nana qui se déhanchait et se cambrait devant moi dont les talents auraient fait rougir la plupart des strip-teaseuses de ma connaissance et à sentir les regards excités des mecs devant ce spectacle amusant et outrancier, je me suis sentie hors du coup (je n'ai jamais aimé ce genre d'ambiance mais avant, ça ne me dérangeait pas plus que ça au final). Et lorsque j'ai sérieusement envisagé à aller me pieuter seule (ce que j'ai fait), je me suis demandée ce qui se passait chez moi. Je dois être trop vieille ou quoi... 
Putain.

Sinon, la prochaine fois que l'on me force à écouter de la pop thaïlandaise, cambodgienne et à entendre le son de leurs jeux télévisés à la con montrant des meufs hystériques pendant cinq heures de bus, à choisir, je préférerais que l'on me fusille et qu'on pende ma dépouille par les pieds. Comme Mussolini. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire