7.1.12

De l'art de se perdre à Chiang Mai

Bon, c’est vrai, j’aime pas spécialement Chiang Mai. De premier abord. Mais en faisant un petit effort, on y arrive. L’ambiance est quand même sympa et relativement détendue. Mon sens de l’orientation étant ce qu’il est, me perdre n’est plus quelque chose qui m’angoisse ou me dérange. On en trouve des trucs, des restos sympas en se paumant dans les petites rues et les allées dont l’organisation est franchement difficile à comprendre pour quelqu'un comme moi (il me faut une organisation en damier, comme le CBD de Melbourne, sinon je me perds).
Bon c’est bien de dénicher des endroits chouettes, encore faut-il savoir y retourner. Là, c'est une autre paire de manches. Comme on dit, sur un malentendu, ça peut marcher.
Y’a deux endroits comme ça qui m’ont vraiment plu. Mais alors vraiment. 

    1. Où trouver du pad thai de malade?


 C’est facile de manger du pad thai. Pas d’épices, un goût qui ne nous change pas trop. Et des cacahuètes. Il faut reconnaître que c’est quand même hyper bon et en plus, chacun a sa recette et fait un peu ce qu’il en veut. Le pad thai, c’est un peu comme le gâteau au yaourt, on ne tombe jamais deux fois sur le même. 

Une fin d’après-midi, ma Canadienne et moi, on avait la dalle (pour changer). On avait l’habitude de ne jamais consulter notre guide et de marcher, au gré de l’inspiration, dans les rues. On tournait souvent en rond, on se paumait parfois, on ne trouvait jamais les monuments que l’on cherchait, mais on continuait, on regardait, on se laissait envahir par les odeurs nauséabondes et la vie. C’est émouvant. 

Donc en marchant, en direction du night bazaar de Chiang Mai situé hors de la vieille ville, à l’est, on avait trouvé une petite pancarte jaune placée sur un poteau avec inscrit « pad thai » et une flèche. Ni une ni deux, on s’est ruées à droite toute et 50m plus loin, on a trouvé ce petit restaurant de bord de route et on a commandé un pad thai (on s’en serait jamais douté). Le verdict est simple : c'est le meilleur que j’ai goûté en Thaïlande. Les nombreux commentaires inscrits sur les murs laissaient supposer que l’on n’avait pas été les seules à l’apprécier. 

Je n’ai jamais pu y retourner. Tout ce dont je me rappelle c’est que nous étions parties tout droit vers le night bazaar depuis Tha Phrae (je crois) et qu’à un moment, on pouvait voir un énorme panneau sur la gauche Oral B et que le restaurant était dans une rue sur la droite.
Bon, ben maintenant, y'a plus qu'à.

    2. Où trouver un mojito bien serré en alcool?

Ce soir-là, j’avais eu la lumineuse idée de prendre en photo l’enseigne de ce rooftop bar. Ce qui a fait que j’ai pu retrouver mon chemin lorsque j’ai voulu amener ma copine Frenchie. Ah putain que j’aime les rooftop bars. Un jour faudra que je pense à vous parler du Fox à Melbourne, parfait pour les jours de printemps et les lendemains de cuite (la vue sur Melbourne et les énormes – mais énormes - bols de wedges, j’en pleure encore). 

Encore une fois, après un super dîner au Tiger in Town (recommandé par un chauffeur de tùk-tùk et je suis pas chauffeur de tùk-tùk mais je peux vous le recommander aussi tant qu’on y est), on voulait un cocktail, une bière, peu importe. Quand je vois l’inscription, au beau milieu d’une sombre ruelle, rooftop bar et qu’en levant la tête, j’aperçois des petites lumières bleues clignotantes, très délicates , mon sang ne fait qu’un tour. On doit voir ça. 
La montée des escaliers, seulement éclairés par des guirlandes posées sur les marches, me rappelle juste un peu trop quand Giles arrive chez lui et monte ses escaliers parsemés de pétales de roses et de bougies pour découvrir une Jenny Calendar égorgée sur son lit (Buffy saison 2 épisode 17) mais passons. 


Arrivées en haut après une pénible ascension (ah la bonne blague) et une pancarte indiquant que l’Upper Deck, c’est où l’on trouve the best mojito in town, c’est encore un petit mieux que ce qu’on imaginait, l’ambiance très très romantique en plus. Il est tôt, ne peuplent le bar que deux petits couples de Thaïlandais sirotant du vin pétillant et les hauts-parleurs diffusent des reprises de tubes façon bossa nova bon marché (ah ça les reprises ils aiment ça en Thaïlande – seul point négatif à ce propos, mais ça rend l’ambiance un peu cheesy, ça fait pas de mal de temps à autre). Je ne sais pas si c’est le meilleur mojito de tout Chiang Mai, mais après avoir essayé celui à la mangue (j’ai tout de même dû m’y reprendre à plusieurs fois), j’ai eu envie de décider que oui. Y’en a à la fraise pour les amateurs (perso j’ai pas osé, je trouvais ça trop premier degré).

Je ne suis jamais restée plus tard que 21h à l’Upper Deck, je ne sais donc absolument pas quelle ambiance ce bar se découvre tout au long de la soirée et de la nuit. Ce qui est sûr en revanche, c’est que c’est l’endroit idéal pour s’éloigner un peu de l’agitation urbaine mais pas celui pour danser sur les tables comme une sous-Shakira à qui l’on aurait injecté de la vodka-redbull en intraveineuse.

Upper Deck - 13/1 Sriphum Road, Chiang Mai, Thaïlande (ah bon?)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire