4.1.12

Lapins sur le verre d'eau

Et voilà, retour à la Thaïlande (c'est brouillon, c'est désordonné, je sais mais j'y peux rien. De toutes manières, qui de nos jours se soucie encore de la chronologie? A part les surveillants du CDI et les étudiants en L1 d'histoire? Honnêtement?)

On est pas compliquées nous, tout ce qu'on voulait ce soir-là à Chiang Mai, c'était manger et voir un match de muay thai. J'ai quand même ramené deux bouquins avec moi, Lost In America de Bill Bryson et Burmese Stories de George Orwell, tout ça parce qu'en se perdant (encore), on est passé devant Gecko Books (soit la meilleure librairie de toute l'Asie du Sud-Est qu'ils disent, mais pour en avoir fréquenté un certain nombre, je suis assez d'accord) et qu'on avait du temps à tuer. 


Puis l'heure du crime est arrivée.

England - Thailand
L'Anglaise est trop nerveuse, impatiente. Elle gaspille de l'énergie. La Thaïlandaise est plus subtile, elle observe, attend. L'Anglaise est vaincue.


Thailand - Thailand
Le type en short bleu se démène, coince son partenaire et le massacre. Quelques minutes plus tard, ce dernier se réveille et sans prévenir, assomme son adversaire d'un seul coup. Victoire en un round, en deux/trois minutes de jeu seulement.

England - Myanmar
L'Anglais débute avec la danse traditionnelle. Il est déchaîné. Le Birman n'a pas le temps de respirer qu'il est déjà par terre. KO à trois reprises. Au troisième coup, le jeu est fini, l'Anglais a gagné. On entend les applaudissements et cris de la foule, ils savent se soutenir entre sujets de sa majesté. Trois Anglaises en short se précipitent vers le vainqueur à sa descente du ring et posent avec lui (évidemment)

Sweden - Thailand
Les appareils photo sont partout, énormes objectifs pointés sur le ring. Seuls les étrangers ont pris des sièges, entre 400 et 600 THB, les Thaïlandais sont derrière, debout, habitués.
Le jeu est plus calme, plus méthodique. Ils font très attention. Sans me rappeler comment, le Suédois a le front en sang et le public se déchaîne, les filles se mettent à hurler et la foule acclame. Putain, ça y est, ils veulent du sang! De la violence! Une exécution en place publique! La soirée commençait doucement mais ça devient quinze fois plus violent. Les combats deviennent plus intenses et les boxeurs sont plus forts, plus passionnés.
L'adrénaline monte et c'est excitant. La Thaïlande gagne, pour la première fois de la soirée.

Canada - Thailand
Ah ben putain, les Canadiens, on les cherchait partout en Thaïlande, on pensait qu'ils se cachaient mais quand il s'agit d'être supporter, impossible de les louper. Un hurlement général accueille le boxeur Canadien qui ressemble à Robert Pattinson (y'en a qu'ont mouillé leur culotte, j'en suis persuadée). Les torses deviennent rouges à cause des coups, le Canada est en train de vaincre mais le Thaïlandais se redresse et lui en fait baver. Les gamins au bas du ring miment les gestes, jouent des coudes. Le Canada gagne malgré tout et c'est l'hystérie.

France - Thailand
Je me demandais si la France allait recevoir le même soutien que le Canada. J'espérais que oui dans un sens. En fait, à part un pauvre "Allez la France" digne du Front Populaire, que dalle. Le joueur français a le corps luisant, on dirait qu'il s'est badigeonné de lubrifiant. Maigre et sec. Le Thaïlandais est plus mastoc et n'arrête pas de mâcher son protège-dents. On peut pas dire que ce soit le combat du siècle. Ils se tournent autour et l'action ne commence à apparaître qu'à partir du 3e round. Un peu bordéliques, on dirait des chats qui jouent à la bagarre. Ils semblent épuisés. 
Pendant ce temps, le Canadien, la star de la soirée, pose avec ses fans, un pansement sur le crâne et une bière dans la main. 
Les coups du Thaïlandais amènent rage et dynamisme au jeu pour seulement quelques secondes. (pause: ici, sur mon cahier, j'ai écrit "lapins sur le verre d'eau". D'où le titre. Vous pensez bien que je n'ai absolument aucune idée de comment c'est arrivé là, mais j'ai décidé de le laisser, l'expression et son incongruité - surtout -m'amusent terriblement.)
Le Français gagne à l'usure. En quittant le ring, le Thaïlandais ne le regarde même  pas, il se barre vite fait.


Australia - USA
La Reine (USA) a un entourage. Une petite dizaine. Ils ont des bières. L'un d'entre eux est une sorte de GI Joe en tee-shirt noir, cheveux blonds plaqués, un bras couvert de tatouages, des pompes d'ado et des rides profondes. Il me fait flipper, j'aimerais pas me retrouver coincée dans une ruelle avec lui (en même temps, je vois pas pourquoi je me retrouverais dans une situation pareille). Un autre a des bagues, des boucles d'oreilles en or, un foulard à la taille et pourrait ressembler à un pirate. 
A peine le combat terminé (et remporté par la Reine), le GI Joe sort de ses lèvres fines un "Bier?" qui met à peu près tout le monde d'accord. 

Australia - Germany
L'Allemand paraît si jeune. Ici, on dirait un combat de petit garçon. On les verrait dans la rue, on devinerait pas qu'ils sont boxeurs: pas très musclés, un peu de bide, le dos courbé et la démarche peu assurée.
Toute la famille Thaïlandaise au pied du ring est à fond dans le jeu, hurlent des consignes, l'un d'eux est carrément violent et miment les kicks avec son genou. On dirait des Italiens avec leur façon de parler avec les mains. L'Allemagne termine vainqueur.

England - Thailand
Le jeune Thaï ressemble à Tahiti Bob. Le public commence à bâiller, les gens regardent leur montre, certains s'en vont. Je n'arrive plus à distinguer les combats. La fille à ma gauche semble s'emmerder ferme et le type de l'autre côté du ring va m'avoir en gros plan en train de bâiller sur sa photo. 
Il est presque 1h du matin, la Thaïlande remporte le dernier match de la soirée.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire