29.2.12

Il est 23h, j'avais

juste envie de dire des bêtises. 

je suis au travail, enfin travail... j'attends un client qui doit arriver en taxi (oui avais-je quelque part mentionné que je travaille à Sihanoukville au Cambodge, à la plage donc, dans un village de schtroumpfs... que donc, je bosse beaucoup, que donc c'est pour ça que je suis très à la bourre dans mes articles... je voudrais tellement en arriver à Siem Reap, les bars à hôtesses de Phnom Penh, à ma balade de trois jours en moto jusqu'au Preah Vihear, tout ça et le reste...). Donc j'attends. 

Vu à la GreenTown guesthouse de Siem Reap le mois dernier, tout juste avant de prendre le bus de nuit pour Phnom Penh (ce magazine est anglais. Evidemment que c'est anglais) :


L'Américain m'a préparé un verre de vodka vanille avec du jus d'orange et de mangue, j'ai tenté de lui traduire en anglais notre expression « c'est traître »

Le Texan de Koh Ta Kiev nous a amené des cookies spéciaux... je ne les ai pas encore essayé... mais... ils sont puissants apparemment. Et je ne sais toujours pas comment agir quand un groupe de Russes débarque. Ils sont... spéciaux...

Aujourd'hui, j'ai regardé un bout de Before Sunrise. Il faisait chaud dans ma tree house alors je suis descendue au bar. 
Je ne travaillais pas, j'ai songé et décidé un peu comme ça d'aller au Vietnam en mai et de me faire une orgie de bouffe et de pâtisseries. De faire du scooter, de voir le désert (oui désert) et la Crazy House. Puis je me suis inscrite au programme Flying Blue. Vous savez, les Frequent Flyers d'Air France. J'ai pas les moyens de me payer des vols Air France, mais y'a des compagnies moins chères. Ce n'est pas là où je veux en venir. 
Là où  je veux en venir, donc, c'est que juste ce petit truc à la con, donner une adresse postale (mais laquelle bordel!), une adresse mail, on reçoit un numéro et juste ça, boum, y'a tout un univers qui ouvre ses portes et continue d'alimenter mes envies de voyage. Le régulier des compagnies aériennes, les décollages en avion, les escales de 10h à Amsterdam ou à Shangai. La Nouvelle-Zélande, la Chine, la Russie, l'Islande, le Pérou, l'Afrique du Sud. Ca ne s'arrête donc jamais? (c'est ça qu'est génial).

Il y a quelques jours, la Slovénie, qui en avait carrément assez de la nourriture khmère (nouilles, riz, nouilles, nouilles, riz, sauce soja, poulet, piment, poulet, j'exagère mais parfois des envies de STEAK, ça vous prend sans crier gare) a préparé une salade. Toute contente, elle me dit « Tiens, j'ai fait une french salad. En Slovénie, on appelle ça comme ça. » Je ne comprenais pas bien, on n'a pas de « salade française »... L'énorme bol rempli à ras bord, je me suis munis de mon morceau de pain, j'y ai plongé ma cuillère avec un appétit que je n'avais pas connu depuis mes années de fac et que vois-je... de la salade macédoine. 

"Macedonian salad" que je lui ai dis comment ça s'appelle chez nous.

AHAH OUHOU.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire