12.7.12

London is drowning and I live by the river

Histoire de changer un peu de Melbourne et de Bordeaux, il était décidé qu'il pleuvrait à Londres. Il pleuvait donc, pour le moment de ce typique et indécis crachin anglais. Assis devant moi et attendant son train pas très loin de l'aéroport Luton, il avait des chaussettes blanches sous son costume gris de jeune cadre. Des écouteurs dans les oreilles desquels s'échappait Let It Be
Les vendeurs de journaux du métro avec les éditions du jour étalés sur la devanture, les briques rouges des corons et 15 petits degrés, même en plein mois de juillet.

Pour une première visite londonienne depuis mes 19 ans, pouvait-on faire plus cliché?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire