27.9.13

Woomera


Sur la route de Coober Pedy, nous bifurquons vers Woomera, ville de garnison. Woomera héberge 300 habitants et fut construite en 1947 pour servir de base de lancement de missiles. Dans les années 50, Woomera devint la deuxième base la plus active au monde (après Cap Canaveral, Floride) mais son succès fut de courte durée. Le dernier tir eut lieu en 1971.
Les notes sinistres d’Automatic Faggot For The People accompagnent notre entrée dans la ville. Les blocs d’habitations de brique rouge et l’agencement urbain transpirent la fonctionnalité et l’austérité. Les rayons du supermarché éclairés au néon sont vides. 
L’Union Soviétique posséderait donc encore une enclave au beau milieu du désert.
En ce week-end de Pâques, les locaux sont au bowling qui, avec le théâtre et la piscine municipale, est la seule distraction qu’offre la ville. Fait inhabituel en Australie, personne n’a daigné bâtir un pub à Woomera. Le théâtre/cinéma est fermé cet après-midi et je scrute l’intérieur à travers la porte vitrée. Une certaine nostalgie de la splendeur fifties m’assaillie devant cette orgie de vinyle et d’inox. Je soupçonne les Stepford Wives de se tapir quelque part ; dans l’ombre.  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire