1.10.13

Coober Pedy


Coober Pedy, c’est une histoire qui remonte à peut-être plus de 15 ans et a démarré avec le magazine Okapi. Ou Wapiti. Je ne sais plus. 
J’avais lu quelque part un reportage sur les mines d’opale et la ville souterraine de Coober Pedy, puis avais tout oublié ; jusqu’à ce que je débarque en Australie. 

Deux ans et demi plus tard, j’essaie de planter les sardines de tente dans le sol dur comme la roche de Coober Pedy.



A l’origine, Coober Pedy se trouvait au beau milieu de la mer intérieure glaciale (à l’époque, le Pôle Sud était situé trois rues plus bas). Des espèces de dinosaures dont je n’avais encore jamais entendu parler (Ichtyosaure ou Plésiosaure, anyone?) y ont été découvertes.
Je ne pense pas qu’il y ait, ailleurs dans le monde, d’endroit comme Coober Pedy. Des trous, des tas de cailloux, des maisons émergeant des collines, des engins, de la tôle, des bagnoles défoncées, de la poussière. Et des chiens errants. Je n’avais encore jamais vu de chien errant en Australie (la domestication canine me semble être le témoin d’un certain niveau d’aisance).


Coober Pedy n’est pas une zone militaire mais une ville minière où ont émigré en masse, d’abord les Méditerranéens dans les années 50, puis les Asiatiques (Chine et Hong-Kong, il me semble), ce qui semble faire de la ville l’échantillon représentatif des différentes vagues de migration australiennes : l’Anglo-saxon, l’Européen du Sud (Italie et Grèce en tête), les Chinois et les backpackers du monde entier (grosso modo).
L’opale fait toujours partie du rêve australien. Coober Pedy est encore l’un des rares sites au monde où le particulier peut acheter un bout de terre, une pelleteuse, creuser et espérer faire subitement fortune. « C’est comme parier » me dit le serveur italien de l’Underground Café & Restaurant. « C’est une histoire typique : trouver beaucoup d’argent et tout dépenser. » Certains locaux sont devenus snobs (je me demande comment peut-on être snob à Coober Pedy. Il n’y a aucun endroit où être snob là-bas. Pas même un bar lounge ou un théâtre.), évidemment l’argent leur a monté à la tête. Les autres continuent à creuser et à rêver.

Quelques trucs à faire à Coober Pedy :
1. Les pizzas du John Pizza Bar & Restaurant. Visez un peu ça, la Coat of Arms : Cranberry, fromage, saucisse d’émeu, kangourou fumé, camembert et épinards.


2. L’église Serbe Orthodoxe. Allez m’expliquer comment on creuse un plafond avec des courbes aussi parfaites. Sinon les vitraux et portraits de barbus en robe noire sont assez sympas.



3. Pour acheter de l’opale sans vous faire entuber, il n'y a qu'un seul magasin : Miner’s Direct. Je crois que le propriétaire s'appelle John (je ne suis pas sûre), mais soyez prévenus, il est extrêmement sympa mais n'aime pas qu'on ne lui adresse pas un "bonjour" lorsqu'on entre dans son magasin. J'ai acheté une petite opale non taillée violette pour $20.

4. L’Underground Bookstore. La première fois que l’on avait voulu s’y rendre, c’était fermé. "Occupé à faire le plein à l’aérodrome." Je pensais que c’était une blague, le genre d’annonces que l’on met en vitrine pour faire cool, mais non. C’était vrai. Lorsqu’on l’a dérangé alors qu’il fumait tranquillement sa cigarette dehors, le type nous a précise qu'il était vraiment parti faire le plein des avions.



5. Du golf. On n'a pas fait de golf (il faut réserver pour quatre minimum et on est pas toujours très sociables) mais j'ai quand même posé en slip (y'avait personne). Un terrain de golf sans herbe, au beau milieu des cratères formés par les pelleteuses, c'est quand même pas banal.

Et bien sûr, le vaisseau des Chroniques de Riddick : Pitch Black. C'est au beau milieu de Coober Pedy qu'il séjourne désormais. 


2 commentaires:

  1. Coober Pery ça sort tout droit de Fallout on dirait. En tout cas, le vaisseau de Pitch Black c'est la classe (ça vaut pas un Faucou Millenium mais c'est déjà ça).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, c'est assez la classe. Priscilla et Mad Max y ont eux aussi fait un tour. Coober Pedy, c'est un peu The Walking Dead, surtout à la nuit tombée.

      Supprimer