11.2.14

Camping à Trephina Gorge


Après avoir passé quelques jours à Alice Springs et dormi sur le Tropique du Capricorne (c'était une aire d'autoroute), on a décidé, sur les conseils de Phil et Trudy, de s'isoler un peu et de partir camper à la Trephina Gorge, sèche bien évidemment. On a cherché de l'eau partout mais on n'en a pas trouvé en cet été aride. 

A Trephina Gorge, camping mi-sauvage (= y'a des emplacements délimités, des robinets d'eau et des toilettes sèches) peuplé d'eucalyptus, on installait notre couverture sur la terre dure comme du roc et on passait nos journées à faire la sieste et à lire, paisibles, sans jamais jamais nous séparer de nos filets à mouches (la voilette version bushranger). Là-bas, j'ai entamé et achevé The God Delusion (Pour en finir avec Dieu en français) de Richard Dawkins, fascinant manifeste athéiste qui m'a bien remué les ménages. 
Mais ça... ça ce n'était rien...

La deuxième nuit, j'entendis du bruit. Quelque chose qui farfouillait dans notre poubelle. On n'est pas en Amérique du Nord, les précautions contre les ours n'ont pas lieu d'être. Ce sont en fait les chats sauvages qui s'en donnaient à cœur joie. Apaisée, je me rendormis lorsque un peu plus tard... un nouveau bruit. Cette fois-ci, c'était un hurlement, une sorte d'aboiement. Le bruit était très proche de la tente. J'écoutai plus attentivement. J'en étais dorénavant sûre, c'était un dingo. Les dingos, ces chiens sauvages croisés avec je ne sais quel bête du Gevaudan. Le panneau d'information du site de camping l'avait précisé, il y a des dingos dans le coin et la recommandation numéro 1 est la suivante : ne pas les nourrir. 

Dans la nuit chaude et certainement pas silencieuse, j'ai songé alors à l'affaire Azaria et Lindy Chamberlain (1980). J'ai songé à Meryl Streep, dans Un cri dans la nuit (film tiré de ce fait divers). Armée de son plus bel accent australien, Meryl Streep livra une prestation qui ne cesse encore de faire marrer les Australiens et marqua les esprits grâce à une réplique devenue culte.
Lindy Chamberlain/Meryl Streep annonça au tribunal la vérité criante (mais qui pris pourtant trente-deux à être reconnue) en cinq mots : "a dingo's got my baby!" (« un dingo a eu mon bébé! »). 


Pour la postérité, Joss Whedon lui livra un bel hommage dans Buffy contre les Vampires avec Dingoes ate my baby, le groupe d'Oz.

Affiche en vente ici (j'en veux une!)
Le dingo ne nous a pas mangé.
Le lendemain, pour célébrer, nous avons pris l'arc et les flèches que Terry de Broken Hill nous avait prêtées et on a joué à Robin des Bois dans le lit de rivière asséché, sous le soleil couchant.
Inutile de préciser que j'ai gagné...

La cible et ma flèche

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire